Jeudi 26 Juillet

10h30 – « La Lumière qui nous vient des étoiles » – François Barbarin

La lumière émise par les étoiles et autres objets célestes est une des principales sources d’informations pour la progression des connaissances en Astrophysique. Quelles sont ses propriétés, sa nature, ses applications en astronomie ? Bien que fondamentalement différente des ondes sonores (vibrations) qui peuplent notre quotidien, de nombreuses analogies permettent de mieux comprendre sa nature et ses propriétés.

François Barbarin est physicien, directeur de recherche au CNRS. Il est également un animateur très actif au sein d’ASTRAP depuis de longues années. Il partage aussi sa passion de l’astronomie régulièrement en faisant des conférences, notamment à l’institut du temps libre de Nevers.

14h30 – « Le premier mystère de l’Univers » – Nicolas Laporte

Si les astronomes peuvent expliquer l’histoire de l’Univers d’aujourd’hui jusqu’à environ un milliard d’années après sa naissance (le Big-Bang), il leur est, en revanche, beaucoup plus compliqué d’étudier la jeunesse de notre Univers. Et pourtant, c’est bien dans sa jeunesse que toute l’histoire de l’Univers va se jouer. En effet, bien qu’il se soit formé il y a 13.8 milliard d’années, il ne s’est éclairé que 250 millions d’années après, lorsque sont apparues les premières galaxies. Cette émission des premiers rayons lumineux dans l’Univers a modifié définitivement sa composition. Mais les galaxies qu’observent les astronomes dans la jeunesse de l’Univers ne sont pas suffisantes pour expliquer la composition de notre Univers aujourd’hui. Au cours de cette conférence, Nicolas Laporte rappellera l’histoire de l’Univers avant de se focaliser sur ce mystère qui entoure la formation et l’évolution des premières galaxies.

Nicolas Laporte est astrophysicien à l’University College London (Londres / Royaume-Uni). Il est un spécialiste de la recherche et de l’étude des premières galaxies de l’Univers. Il utilise les plus grands télescopes de la planète (VLT et ALMA au Chili, Keck à Hawaï, GTC aux Canaries) et est à l’origine de la découverte de la plus vieille poussière d’étoiles de l’Univers. Il est par ailleurs le président de l’association InfiniSciences, co-organisatrice d’Astr’Auvergne.

17h30 – “Une « cicatrice d’étoile » aux portes de l’Auvergne” – Philippe Lambert

La région de Rochechouart est assez proche de l’Auvergne (200 kms de Clermont-Ferrand) mais son histoire “astronomique” passionnante est pourtant assez peu connue des auvergnats. En fait, elle est encore assez mal connue du grand public, de même que ses implications qui sont pourtant fondamentales.
Astr’Auvergne 2018 sera l’occasion de remonter dans le passé et présenter ce qu’on sait du cataclysme qui s’est produit il y a 200 millions d’années, à l’époque des dinosaures, et qui a ouvert un gigantesque cratère sur la bordure de l’île que constituait alors le Massif Central. L’érosion en a effacé les formes et les contours mais le fond du cratère et les laves et débris qui le remplissaient sont encore en partie exposés aujourd’hui. Ce sera aussi l’occasion de regarder vers le futur et de discuter pourquoi et comment la « cicatrice » de cet événement peut devenir une ressource dont l’exploitation et les retombées dépassent largement le territoire et s’inscrivent à l’échelle internationale. Il s’agit en effet d’un gisement de savoirs, d’une « porte » qui donne un accès privilégié pour éclairer les questions fondamentales que se pose l’humanité, celles de nos origines, de la formation de la Terre et des planètes, celle de l’émergence de Vie, celles de la pérennité.

Philippe Lambert est le principal acteur de la littérature scientifique sur l’impact de Rochechouart depuis 1974. Il est l’instigateur et le coordonnateur du programme de forages scientifiques qui vient d’être réalisé dans les sites de la Réserve Naturelle Nationale de l’Astroblème de Rochechouart-Chassenon. Il dirige le CIRIR, Centre de International de Recherches sur les Impacts et sur Rochechouart qui regroupe une soixantaine d’équipes et chercheurs d’une douzaine de nations.

Vendredi 27 Juillet

10h30 – « Les lieux mythiques liés à l’astronomie à travers les âges » par Maryvonne Chanet et Mario Vannoye

De tous les temps , les hommes ont tourné leurs regards vers les étoiles ! Dans le ciel , des Dieux et des Déesses sont apparus , nous racontant leurs histoires à travers les constellations . De Stonehenge aux plateaux de l ‘Atacama , nous vous invitons à découvrir ces lieux où les astronomes percent peu à peu les mystères de notre univers ! De l ‘ énigmatique Tiwanaku en Bolivie aux grands télescopes du Chili , le passé et le futur se conjuguent au présent pour vous offrir une envoûtante odyssée vers les étoiles !

Maryvonne Chanet est la présidente du club d’astronomie ASTRAP, co-organisateur d’Astr’Auvergne, depuis X ans. Passionnée depuis son enfance par l’astronomie, elle a tiré profit de ses voyages pour approfondir ses connaissances sur les lieux mythiques liés à l’astronomie. Par ailleurs, elle a écrit plusieurs romans, qui intègre tous des clin d’œil à l’astronomie.

Mario Vannoye est membre du Club ASTRAP depuis 2010, c’est en 2015 que Mario en est devenu le Secrétaire. En tant qu’écrivain, il a publié quatre livres de nouvelles dont le thème principal est le fantastique. Actuellement, il termine son premier roman qui verra le jour d’ici quelques semaines. Dans ses nouvelles, il fait souvent allusion à l’astronomie, une de ses passions.

14h30 – « La matière noire » par Martin Rey

La cosmologie moderne, cette science qui étudie l’histoire de notre Univers, se trouve actuellement à un tournant. Les résultats de ces vingt dernières années ont permis de décrire l’histoire et la composition de notre Univers avec une précision remarquable. Cependant, ce succès s’appuie sur deux composantes obscures qui échappent à toute détection : la matière noire et l’énergie noire. Comprendre la nature de ces deux composantes est devenue une des questions principales de la physique moderne

La première partie de l’exposé fera un tour d’horizon de nos connaissances actuelles en cosmologie, notamment les différents indices qui nous ont permis de postuler l’existence de ces deux substances. Nous verrons ensuite comment l’étude de la lumière visible des étoiles et galaxies nous permet de mieux comprendre la nature de l’invisible matière noire. La dernière partie sera consacrée sera tournée vers l’espoir de détecter les particules de matière noire qui nous entoure à l’aide de gigantesques détecteurs sur Terre.

Biographie de Martin Rey : Martin Rey est cosmologiste à l’University College London. Son travail porte principalement sur la simulation numérique de l’Univers afin d’étudier les propriétés physiques des galaxies ainsi que leur évolution au cours de l’histoire de l’Univers. Il participe également régulièrement à des actions de diffusions des connaissances, notamment auprès des enfants.

17h30 – « Chasseurs d’Éclipses » – Marc CHEMINADE – Jean DERVIEUX – Christophe GARNIER – Michel PAYARD

L’Univers est un immense lieu de spectacles, où les acteurs sont les planètes, les étoiles, les comètes et les galaxies. Mais pour pouvoir assister à ces spectacles, bien souvent il faut se munir de télescopes et s’éloigner des lumières urbaines. Des représentations (rares) restent cependant accessibles sans télescopes et mettent en scène l’étoile la plus proche de nous, le Soleil, avec le satellite naturel de la Terre, la Lune : les éclipses de Soleil. Au cours de cette conférence, nous vous proposons de rencontrer 4 chasseurs d’éclipses qui parcourent le monde afin d’observer dans les meilleures conditions possibles ces éclipses de Soleil. Après un rappelle rapide de ce qu’est une éclipse de Soleil et qu’elles sont les meilleures conditions pour les observer, ils nous raconteront quelques anecdotes liées à leurs voyages aux quatre coins du globe. Cette table ronde sera animée par Maryvonne Chanet, présidente d’ASTRAP.

Samedi 28 Juillet

14h30 – « La tempête du siècle n’est peut-être pas sur Terre ? »- Laurianne Palin

Et si elle n’est pas sur Terre, où peut-elle bien être ? Vous connaissez la météorologie, cette science ayant pour objet l’étude des phénomènes atmosphériques et la prévision du temps. Elle nous est utile pour la navigation, l’agriculture, les balades en plein air. Mais connaissez-vous la météorologie de l’espace, cette discipline récente ayant pour objet l’étude de l’influence du Soleil sur l’environnement spatial terrestre, et plus largement les environnements spatiaux naturels ? La tempête du siècle est magnétique ! Sur Terre elle se manifeste par de magnifiques aurores polaires, mais pas que … et ailleurs ça donne quoi ?
Dans cette présentation vous découvrirez l’intérêt et les enjeux de la météo de l’espace pour la physique fondamentale, pour l’astrophysique, pour notre vie quotidienne, et pour la vie tout court.

Biographie Laurianne Palin : Laurianne Palin est docteur en astrophysique spécialiste des aurores polaires et de la météo de l’Espace. Après une thèse à l’Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie (IRAP) de Toulouse, Laurianne a travaillé 3 ans à l’Institut Suédois de Météo Spatial. En parallèle de ses travaux sur les aurores boréales, Laurianne a travaillé sur l’influence de l’apesanteur sur la poussière en participant à une campagne de vol parabolique en apesanteur. Depuis 2017, elle est coordinatrice de projets éducatifs européens et de médiation scientifique.